Anne BARAOU

Anne Baraou se passionne très jeune pour l’écriture, les dialogues, les intrigues. L’imagination et le sens de l’observation en poche, elle s’intéresse un temps aux autres domaines pour enrichir son fonds : mathématiques, logique, philosophie (un bac scientifique) ; cinéma, arts plastiques, architecture (des diplômes dans ces trois domaines). Chinois, chorégraphie, maquette, maçonnerie, comptabilité, horticulture complètent un bagage toujours ouvert.

En 1990, elle crée avec deux autres auteurs (P. Bougeault et C. Chalmeau) la maison de micro-édition Hors Gabarit, destinée à publier des images et des mots sous une forme à chaque fois renouvelée. Cinq titres paraissent dont une bande dessinée en trois cubes non ordonnés qu’elle a signée et qui lui vaut d’entrer à l’OuBaPo (Ouvroir de bande dessinée potentielle, sur le modèle de l’OuLiPo). De là, lasse de gagner sa vie dans la communication institutionnelle, elle s’engage au smic à L’Association et y rencontre tous les auteurs de la grande époque. Durant plusieurs années, elle mettra en place les bases de la structure actuelle tous en devenant l’unique « scénariste pur » publié par cette maison.

Elle se consacre ensuite uniquement à l’écriture et allonge chaque année sa liste de collaborations (déjà une quinzaine). Car elle apprécie particulièrement le travail en duo et voir ses histoires révélées sous la plume d’un dessinateur ou d’une dessinatrice de talent. Son oeuvre la plus importante à ce jour est la série de portraits féminins Une demi-douzaine d’elles avec Fanny Dalle-Rive. Elle a ensuite publié une page hebdomadaire avec Anna Sommer et répondu à la demande du « Dico des filles » en lançant « la BD des filles », une série pour préados dessinée par Colonel Moutarde. Puis, entre un domino en bande dessinée avec Killoffer et un strip façon machine à sous avec Fanny Dalle-Rive, elle a tenté une nouvelle série Poisson Pilote avec Nicolas Hubesh et ciselé le très remarqué dyptique Les Plumes, chez Dargaud, avec François Ayroles.

Œuvres publiées

Cul nul (Editions de l'Olivier 2013)

 

Les hommes, dit-on, aiment à se vanter de leurs prouesses amoureuses fournissant ainsi une matière inépuisable aux brèves de comptoir et autres histoires de vestiaire. Mais que se passe-t-il en réalité, quand ça se passe mal ? Dragues lourdes, pannes, maladresses, râteaux, incompatibilités, ce livre est un catalogue des petits travers et des ratages mémorables que tout le monde a connus – ou connaîtra – un jour, ces scènes embarrassantes que l’on préfère cacher aux autres. Mélange d’humour, de précision et de crudité, Cul nul enchaîne des scènes désopilantes, fruit, pour la plupart, de confessions recueillies par les auteures. C’est aussi une chronique sans concession de la vie sexuelle des Français.

Cul nul encore (Editions de l'Olivier 2013)

On retrouve dans ce second tome tout ce qui faisait l’humour désopilant de Cul nul. C’est une chronique sans concession et drolatique de la vie sexuelle des Français où tout le monde pourra se reconnaître.

Les Plumes ( Dargaud 2012)

Il y a le maladif, talentueux et cultivé Malard ; l’insatisfait débordant d’idées Inscht ; le poseur et dragueur Alpodraco ; le cynique et grognon Greul. Ils sont écrivains, et leur seule base solide est le troquet parisien qui leur sert de QG. Là, ils débattent, déplorent ou débinent leurs livres, leur métier, la littérature et tout ce qui tourne autour. Mais comme autant de quilles dans un jeu de chiens, il y a aussi un prof en voie de clochardisation, une célèbre auteure à succès, une stagiaire-secrétaire-pigiste qui couche, un jeune écrivain qui vient les flatter et demander conseil… Tout s’emballe quand le bistrot est mis en vente : la bande des quatre décide de tout faire pour l’empêcher.

Le deuxième tome des Plumes, une série de Baraou et Ayroles met en scène le quotidien de quatre écrivains ; une plongée dans le monde merveilleux de la littérature…
Avant de découvrir ce 2e épisode des Plumes, une petite question : La République des lettres est-elle une comédie ou une tragédie ? Les quatre écrivains hésitent : comédie, puis tragédie ou, peut-être, ni l’une ni l’autre. Car si la littérature est partout et en tout, comment donc vivre avec ?… Anne Baraou et François Ayroles dissèquent le milieu littéraire avec humour, bonheur et une certaine férocité réjouissante. Après Les Plumes, vous n’entrerez plus dans une librairie comme vous le faisiez auparavant !
Suite et fin des Plumes, une bande dessinée d’une grande originalité à l’humour ravageur et au dessin magnifique.

 

En savoir plus