Stefano Casini

Photo © Philippe Descroix

Né à Livourne en 1956, Stefano Casini se lance dans des études techniques, et il obtient un diplôme de l’ISIA (Institut supérieur des Industries artistiques) au sein de l’École supérieure de Design industriel. Il débute comme graphiste et copywriter dans le cadre de la réalisation de spots publicitaires, puis travaille dans le secteur de la mode et comme coordinateur design, avant d’entrer chez l’éditeur Sergio Bonelli, où il collabore à une trentaine d’albums de la série Nathan Never, parmi lesquels des formats géants et des numéros spéciaux.

En tant que scénariste et dessinateur, il signe une série d’albums qui auront un retentissement international : Il demone nell’anima (le démon dans l’âme) en 1999, Il buio alle spalle (l’obscurité derrière soi) en 2001, Moonlight Blues (2005), la série en quatre épisodes Hasta la Victoria ! (2006-2009) et Masques (2010). Ces derniers ouvrages ont été publiés en France, en Allemagne, en Grèce, en Suisse, en Belgique, au Portugal, aux Pays Bas et aux USA. Avec quelques collaborateurs, il a fondé l’Académie des Arts digitaux – Nemo NT– à Florence, et a par ailleurs travaillé chez Zanichelli Editore, à Bologne, pour la réalisation de manuels scolaires. En novembre 2006, à l’occasion du Festival de La Bulle d’Or de Brignais, près de Lyon, il remporte le Crayon d’Or du meilleur dessinateur. En 2007, il remporte le prix Referendum ANAFI, ainsi que le prix Fumo di China du meilleur auteur. Le prix Coup de Coeur d’Illzach lui est décerné en 2009 et le Grand Prix de la Meilleure Histoire longue attribué par les auteurs et les éditeurs lui est remis en 2010 lors du Fullcomics de Sarzana. En 2011, Stefano s’associe à Laurent Galandon pour une création chez Dargaud, La Vénus du Dahomey, qui nous plonge dans les sombres années du colonialisme.

Texte © Dargaud

Bibliographie sélective

Mimbrenos (Mosquito, 2019)

Un officier de cavalerie, Everett Cole, vient sortir son frère Joshua d’un pénitencier texan, mais le retour à la civilisation ne sera pas facile entre les rebelles apaches et les bandits qui infestent la région.

Stefano Casini nous livre un western plein de grandes gueules et riche en rebondissements.
La bande de Teeth qui vient de braquer la banque de Silver City parvient à échapper au shérif en essuyant de lourdes pertes. La voici sans chevaux en plein territoire apache.

De leur côté les frères Cole sauvent une femme des Mimbrenos, ces rebelles indiens qui refusent de rester parqués sur une infime partie de leur ancien territoire.

Sur la mesa aride, il n’y a qu’un seul refuge possible : Corrigan Cove. C’est là que tout va se jouer…

Le Lame et la Croix (Mosquito, 2016-2017)

  

La guerre de trente ans ravage l’Europe centrale qui devient un vaste champ de bataille livré à la bestialité sauvage et à la famine. C’est dans ce contexte mortifère que vont se croiser les destins d’un prince ambitieux, d’une courtisane sans scrupule et d’un habile spadassin…

Le prince Aren de Kazerfurth règne d’une main de fer sur ses terres et tient sa population pas la terreur.

Sa maîtresse, Cécile, le pousse à rompre avec sa neutralité pour retourner ses troupes contre les Habsbourg.

Apparaît alors un aventurier, exilé en Espagne, qui semble avoir un lien de parenté avec de Kazerfurth…

La Vénus de Dahomey (Dargaud, 2011-2012)

Diamanka était la fierté du peuple dahoméen. Aux côtés de ses soeurs amazones, elle a défendu son roi contre les assauts des colons français. Mais la raison du mieux armé est toujours la meilleure… Seule survivante de sa caste, la belle guerrière est devenue animal de foire. Exposée au jardin d’acclimatation de Vincennes, elle effraie le badaud autant qu’elle le fascine… À commencer par Fernand de la Filière, médecin rêvant d’exotisme depuis son cabinet parisien. Espérant l’apprivoiser, voilà qu’il invite la servante du dieu serpent dans sa maison bourgeoise…

En savoir plus

Découvrir son site.