Christophe Dabitch

Photo © Muzaffar Salman


Christophe Dabitch est né en 1968, il vit à Bordeaux. Après des études de lettres modernes, de sciences politiques et une école de journalisme, il a travaillé comme journaliste indépendant durant quinze ans. Il publie des livres en lien avec certains voyages, notamment en ex-Yougoslavie, en Afrique, en Syrie, au Liban ou en France (Autrement, Filigranes, Castor astral, Signes Et Balises) et des récits en Bande dessinée (Futuropolis).

Son travail a souvent des bases historiques ou documentaires envisagées comme des points de départ à l’imaginaire, au récit intime, à des formes différentes d’écriture. Il a travaillé autour de la guerre en ex-Yougoslavie et des identités nationales ; de la vie commune entre chrétiens et musulmans en Syrie, avant la guerre ; des écritures poétiques, Arthur Rimbaud, le flamenco, le hip-hop, Alain Bashung ; des figures de marcheurs comme René Caillié à Tombouctou ou Albert Dadas, le premier « touriste pathologique » ; des questions de droit pour un livre de reportages graphiques en collaboration avec Amnesty International ; de l’histoire coloniale, qu’elle soit française avec la colonne Voulet-Chanoine ou hollandaise avec le parcours du Batavia ; de l’histoire de l’immigration ; du voyage proche et lointain avec, entre autres, L’adieu au fleuve  ou Azimut brutal .

Il mène également des ateliers d’écriture, participe à des expositions des projets collectifs (en 2017 un Guide du réfugié , livre et site Internet) ou des résidences d’écriture (Beyrouth en 2017 à l’invitation de la Maison internationale des écrivains de Beyrouth / La Marelle Marseille).

Texte © ECLA Aquitaine

Bibliographie sélective

Titre du spoiler

Eugénie Guillou fut religieuse… avant de devenir maîtresse de la fessée et du fouet dans le Paris du début du XXe siècle.
Son histoire, authentique, aurait pu donner un livre vulgaire. Christophe Dabitch a enquêté sur sa vie et en a tiré un récit intelligent et dérangeant, sublimé par l’élégance du dessin de Jorge González.
Une authentique prouesse artistique à classer aux côtés des oeuvres érotiques d’Aragon ou Schiele.

Le Captivé (Futuropolis, 2014) - avec Christian Durieux

Fin du XIXe siècle, à Bordeaux, Albert Dadas est le premier patient atteint de la « folie du fugueur » a être soigné. Le jeune psychiatre, Philippe Tissié, allant à l’encontre des récents écrits de Charcot, utilise l’hypnose. Cette rencontre changera leur vie à tous les deux. Sur ce sujet hors norme et méconnu, après un travail fouillé de documentation, Christophe Dabitch reconstitue la vie d’errance d’Albert Dadas et la resitue dans le contexte médical de l’époque. Christian Durieux, de son trait délicat et plein d’empathie, donne chair à un personnage doux et effaré.

Titre du spoiler

Basée sur des faits authentiques, La Colonne raconte l’ultime expédition française au Tchad en 1899, qui se distinguera par des massacres perpétrés tout au long de son parcours. Un épisode tragique et oublié de l’histoire des colonies françaises, raconté par Christophe Dabitch, dans le respect minutieux des faits, et Nicolas Dumontheuil, dont les images en couleurs directes ont une force d’évocation stupéfiante.