José Correa

France

Venant du Maroc, il arrive en France encore mineur et rencontre aux « Fougères », près de Brantôme, l’auteur et peintre François Augiéras qui l’initie à la peinture.

Périgourdin d’adoption, passionné de musique et de littérature, il participe, comme peintre, à une première exposition dès dix-huit ans, en juillet 1968, à Brantôme.

Il commence par dessiner pour la revue Fiction, puis réalise de nombreuses affiches ou portraits d’écrivains : Miller, Camus, Giono, Maupassant… et de musiciens : Lionel Hampton, Barney Wilen, Léo Ferré, Brassens. Dans les années 1970, il illustre plusieurs livres érotiques dont « Les Branches dans les chambres » de Jacques Abeille. Il a également réalisé des costumes et des décors de théâtre pour des œuvres de Marguerite Duras, Brecht ou Jean Genet. En 2004, à l’occasion du 150e anniversaire d’Arthur Rimbaud, le Musée Rimbaud de Charleville-Mézières lui commande une exposition et un livre sur le poète.

Flâneur aquarelliste, il plante son chevalet dans la nature, de la Provence à la Bretagne, du Périgord à la Toscane. Ses aquarelles, dont il est un spécialiste, illustrent les livres de ses pérégrinations. Installé en Périgord, à Coulounieix-Chamiers, sur les bords de l’Isle, il expose aujourd’hui ses peintures en France et à l’étranger (San Francisco, Osaka, Londres, Berlin…) Il se distingue particulièrement comme illustrateur de nombreux ouvrages dont certains sur des textes dont il est l’auteur.

Depuis 2010, il est membre titulaire de l’Académie des Lettres et des Arts du Périgord.

Œuvres publiées

Paris en chansons (BD Music)

paris

Dalida (BD Music)

dalida

Jacques Brel (BD Music)

brel-couv

Georges Brassens (BD Music)

brassens

Léo Ferré (BD Music)

leo-ferre

Ray Charles (BD Music)

ray-charles

Instinct Blues

instinct-blues

José Corréa retrace l’origine du blues.
Sans l’Afrique le blues n’existerait pas, le blues est né de la forêt, du chant des oiseaux, des tributs, des champs de coton, de la misère, des « idées noires ».

«Le blues. Tu peux imaginer et dérouler son Histoire, restera toujours sa rumeur éternelle. Aucune prétention à vouloir dessiner le blues, mais en moi ses images persistantes. Des clichés? Sans doute ! Chacun a les siens…
J’ai improvisé ces pages comme elles venaient.Peu de réflexion,juste l’émotion. J’ai lu queque part: « Non pas tel qu’il était,mais tel qu’il m’apparait… »

En savoir plus

Site Internet & Social

 

Illustrations, couvertures, photos…