Lucie DURBIANO

Lucie est née le 12 décembre 1969 à Castelsarrasin, d’un père garagiste et d’une mère femme au foyer. Elle vit à Limoux une enfance ni spécialement heureuse ni particulièrement triste. Un peu des deux… Très tôt pourtant, elle s’ennuie et dessine beaucoup. Son jeu préféré est de raconter des histoires qui n’en finissent pas. À l’adolescence, elle perd son imagination narrative, elle s’intéresse aux garçons et devient une mauvaise élève. Elle commence même à fumer des cigarettes. Elle lit des livres passionnants et écoute de belles chansons. Lors de se dernière année de lycée, elle se décide à faire des études d’art. Elle s’inscrit à la Villa Arson de Nice, école pilote internationale d’art et de recherche. Elle découvre un monde merveilleux peuplé de jeunes artistes excentriques. Puis au bout d’un an, elle part apprendre l’illustration à Strasbourg aux Arts déco. Elle en profite pour faire un bébé. Ses études terminées, elle retourne à Marseille, fait un autre enfant et s’occupe de ses deux filles pendant deux ans. Puis un beau jour elle retrouve le besoin vital de dessiner, elle devient alors illustratrice. En l’an 2000, Lucie s’installe avec sa petite famille dans une nouvelle maison et dans le Vaucluse. Alors que son ennui chronique recommence, Charles Berbérian l’appelle et lui propose de faire une bande dessinée dans Tohue Revue (aux Humanoïdes Associés). Folle de joie, elle dessine Rencontre avec une fée. Dupuy et Berberian l’encouragent à continuer dans cette voie. Depuis son enfance, elle rêvait de faire de la bande dessinée. Elle retrouve alors son imagination narrative et découvre une nouvelle liberté.

 

Bibliographie sélective

Claudine à l'école (Editions Gallimard, 2018)

Cette année qui débute doit se conclure avec les épreuves du brevet, mais les études ennuient profondément Claudine qui préfère jouer des tours à ses camarades et se mêler des affaires des grandes personnes. Du haut de ses quinze ans, cette jeune fille vive, un brin effrontée, destabilise le petit monde qui l’entoure. Si certains hommes commencent à la courtiser franchement, elle, de son côté, s’éprend de la nouvelle institutrice. Dès lors, l’école de jeunes filles du village devient le théâtre d’une comédie de mœurs tendre et piquante aux accents vaudevillesques.

 

Mélo Pop (Gallimard, 2013)

Malgré son talent, le groupe de rock mené par le charismatique Mick reste cantonné aux prestations dans les bars minables. Mais Dave, manager plein de ressources, décroche un contrat pour jouer sur un luxueux paquebot de croisière : une aubaine financière qui décide les « Funny Pills » à embarquer, accompagnés de leur unique groupie. Le périple va se transformer en un chassé-croisé de relations amoureuses pimenté par la présence de l’exécrable et non moins célèbre producteur Phil Canichor.

 

LO (Gallimard, 2010)

Lo, jeune nymphe orpheline, vit sous la férule de Diane, déesse intransigeante et névrosée. Lorsqu’elle sauve la vie d’un jeune pâtre, Daphnis, c’est le coup de foudre, hélas non réciproque… Car Daphnis est amoureux de Chloé, une jolie bergère avec laquelle il rêve de découvrir les plaisirs charnels. Inconsolable, Lo passe son temps à caresser le petit chien nommé Chagrin. Jusqu’à ce qu’une vieille sorcière lui vienne en aide… au-delà de ses espérances !

En savoir plus