jean harambat

Jean Harambat

France

Né en 1976, Jean Harambat suit des études de philosophie qui le conduisent à des activités diverses (travail dans une ferme en Argentine, logisticien pour Action contre la faim, au Liberia) avant de trouver sa voie avec l’écriture et le dessin.

Il réalise des reportages illustrés pour la presse écrite (‘Le Monde’, ‘XXI’, ‘Télérama’, ‘Sud Ouest, ‘L’Équipe Mag’).

« Les Invisibles » (Futuropolis, 2008), son premier album, qui raconte une révolte en Chalosse au XVIIe siècle, remporte le prix de la meilleure bande dessinée historique aux Rendez-Vous de l’histoire, à Blois.

Suivront quatre autres titres dont le dernier, « Ulysse, les chants du retour » (Actes Sud, 2014), est sélectionné à Angoulême en 2015. Avec cet album, Jean Harambat remporte le prix de la BD du « Point » et, à nouveau, le prix de la meilleure bande dessinée historique, à Blois.

Texte © Dargaud

Bibliographie sélective

Opération Copperhead (Dargaud, 2017)

Londres, fin 1943. Les comédiens David Niven et Peter Ustinov – alors militaires – participent à l’opération de diversion Copperhead, destinée à tromper les services du contre-espionnage allemand. Il s’agit, selon une idée de Winston Churchill, de recruter et de former un sosie (Meyrick Edward Clifton James) pour jouer le rôle du maréchal Montgomery – le général des forces alliées, alors surveillé par les nazis – et ainsi induire en erreur l’ennemi quant au lieu réel du Débarquement. Dans le même temps, alors que la capitale anglaise subit le Blitz, la vie se déploie dans les cabarets où officie une vénéneuse – et néanmoins charmante – jeune femme, Vera.

Participation à la revue Pandora tome 1 (Casterman, 2016)

La revue Pandora présente des récits autonomes, des « short stories », et des nouvelles sous forme de bandes dessinées mais aussi de quelques textes littéraires illustrés.
Ouvrir Pandora est une expérience de lecture incomparable : la preuve par l’exemple que la bande dessinée conserve un immense potentiel de séduction et que l’imagination peut apporter une autre vision du monde.
Tous les sujets peuvent être abordés, tous les genres revisités, tous les styles inventés sans aucune thématique imposée. La créativité et le plaisir sont prioritaires.
Pandora s’adresse à tous les lecteurs, qu’ils soient des lecteurs de romans et de bande dessinée ou des spectateurs de films et de séries télé.
La diversité des talents publiés dans Pandora – diversité géographique, narrative et artistique – donne à la revue la dimension d’un panorama extrêmement complet du meilleur de la créativité de la bande dessinée en 2016 !

Ulysse, les chants du retour (Actes Sud, 2014)

Ulysse est de retour. Seul, sur la plage d’Ithaque, après dix ans de guerre et dix ans d’errance, il s’apprête à regagner son foyer, mais ne reconnaît pas le paysage. Tout est dans le brouillard. Ulysse est-il bien arrivé chez lui ?
C’est le point de départ de la bande dessinée, qui suit fidèlement le récit d’Homère mais s’interrompt par endroits pour laisser la parole, dans un commentaire vivant, à des penseurs ou à des anonymes. Tous accompagnent la progression d’Ulysse et du récit, jusqu’au combat livré aux prétendants et aux retrouvailles avec Pénélope. “Ulysse est l’histoire d’un homme à la reconquête de soi”, nous dit Jean-Pierre Vernant, helléniste réputé : si cet album est le récit du retour d’Ulysse, il constitue également un éclairage sur la signification de ce retour, pour les Grecs comme pour nous-mêmes.
Ulysse, devenu mendiant, grimpe les collines de son pays natal pour regagner son palais et récupérer sa vie. À ses côtés, sur l’actuelle île d’Ithaque, marchent Lawrence d’Arabie, Jacqueline de Romilly, Jean-Paul Kauffmann, Jean-Pierre Vernant bien sûr, ou encore Othon le bibliothécaire de Vathy… jusqu’au dévoilement final.

Hermiston (Futuropolis, 2011)

 

En même temps que la jeunesse (Actes sud, 2011)

Loin d’idéaliser le rugby ou de lui accorder un crédit romantique et viril d’image d’Epinal, cette discipline a permis à l’auteur de croiser des personnages hauts en couleur, de connaître le monde par une géographie excentrique, et de vivre d’heureux moments de grâce sur le terrain, avec la densité des sensations que l’on a à vingt ans… Avant que tout cela ne disparaisse, en même temps que la jeunesse.

Invisibles (Les) (Futuropolis, 2008)