Jef HAUTOT

Jean-François Hautot est né en Normandie en 1970. Il est diplômé de l’école d’art d’Angoulême en « art narratif et visuel » (mention scénario). Au sein de l’atelier BD du Nil, il développe diverses collaborations en tant que scénariste et produit régulièrement dans des fanzines ou recueils en tant qu’auteur complet (Art Fécule, Salcisius, Groin un cri, Les enfants du Nil). Parallèlement à ses activités d’infographiste, maquettiste et illustrateur, il poursuit des projets de bande-dessinée (anime quelques ateliers), tout en s’essayant à d’autres écritures, la peinture (expositions collectives à Valence, Uzès, Ajaccio), ou la réalisation d’un documentaire, « La verrue » (atelier Varan, 2015).
De retour dans le Gard en 2014 (après de longues années en Corse puis en Lozère), près d’Uzès où il fût lycéen, il publie chaque année dans le recueil d’illustrations et BD « Freak Show Comix » (texte et dessin) et signe le scénario de Mort & vif (sorti en février 2017 aux éd. Futuropolis), deuxième publication avec le dessinateur David Prudhomme (après Port Nawak, 1999 aux éd. Vents d’Ouest, réédité en 2013 aux éd. Les Rêveurs).

Œuvres publiées

Mort&Vif (Futuropolis 2017)

 

Un lundi matin comme beaucoup d’autres. Flip, le réveil difficile, doit s’apprêter pour aller travailler à l’usine Deleter, leader européen de l’ouvre-boîte et de la clé à sardines. Telle une ombre, pas encore réveillé, le voilà dans le bus, entouré de ces collègues. C’est l’heure de pointe. Pendant le trajet les rumeurs sur la fermeture prochaine de l’entreprise sont au centre des conversations. A l’arrêt prévu tout le monde descend. Sauf Flip. Arrivé au terminus, il fait du stop pour rentrer chez lui. Une grosse limousine passe alors sur la route. C’est le patron de l’entreprise, Deleter, qui s’enfuit. Car, ce matin-là, les rumeurs de vente sont confirmées. Les salariés ont découvert les locaux vidés, les machines vendues et déplacées, et une pile de lettres de licenciement déposée sur le seuil à l’attention des salariés. Flip est pris en stop par Trashy, musicien de djembé en route pour un concert dans la montagne. Flip décide de le suivre. Ainsi démarre un road comics pas comme les autres, halluciné et drôle. David Prudhomme joue avec tous les codes de la bande dessinée pour nous entraîner à la suite de Flip, Trashy et tous les autres protagonistes de cette histoire folle menée tambour battant.

Port Nawak (Editions de l'Olivier 2013)

L’Étoile qui grossit inexorablement dans le ciel annonce la fin du monde ! Mais ce n’est pas une raison pour laisser l’anarchie régner sur les dernières heures de l’humanité ! Aussi la  » Sécurité du territoire  » charge-t-elle Issicol, fonctionnaire dévoué, de garantir l’ordre dans les villes et les villages. Mais dès la première étape de son périple, le Port de Nawak, les choses se compliquent… Car cette ville a déjà basculé dans la folie depuis longtemps, depuis le jour où une apparition de Marie Madeleine a convaincu les habitants de se livrer à une débauche de luxure et de je-m’en-foutisme ! Une histoire de dingues, un humour absurde et un dessin débridé ! « Port Nawak » plonge le lecteur dans un délire survolté et permet à « David Prudhomme » d’exploiter son talent en toute liberté.

 

 

En savoir plus

Son blog