Jeanne Puchol

Jeanne Puchol est née en 1957 et a étudié la photographie aux Arts Décoratifs de Paris.

Son premier album de BD, Ringard !, sort en 1983 aux éditions Futuropolis. Celles-ci accueilleront tous ses titres des années 80.

Dans les années 90, elle collabore régulièrement à la revue (À suivre), sur des scénarios de Laurent-Frédéric Bollée puis d’Anne Baraou. Durant cette décennie, elle réalise aussi des illustrations pour des romans policiers ou des livres pour enfants.

Auteur d’une vingtaine d’albums, Jeanne Puchol travaille en solo (dernier titre paru : Charonne – Bou Kadir chez Tirésias en 2012) ou en collaboration avec Rodolphe (Assassins chez Casterman en 2009 et 2010), Valérie Mangin (Moi, Jeanne d’Arc chez Des Ronds dans l’O en 2012) puis Laurent Galandon (Vivre à en mourir au Lombard en 2014).

Contrecoups lui permet de retrouver Laurent-Frédéric Bollée vingt ans après leur toute première collaboration.

Texte © Casterman

Photo © Alain Seux 

Bibliographie sélective

Avec Patrick Rotman
Éditions Delcourt, 2021

Mitterrand, ministre en vue dans les années 50 – guerre froide et décolonisation… -, survit à trois affaires qui auraient dû signer sa perte : l’affaire des Fuites, 1954, l’affaire du bazooka, 1957, l’affaire de l’Observatoire, 1959, où il échappe à un attentat rocambolesque… Patrick Rotman et Jeanne Puchol reconstituent avec verve les coulisses occultées dans les livres d’Histoire.

Avec Laurent-Frédéric Bollée
Casterman, 2016 (réédition 2022)

A l’hiver 1986, l’Assemblée nationale vote les lois Devaquet en vue de rendre plus sélectives les universités. Mobilisés contre cette réforme jugée discriminante, des milliers d’étudiants organisent le blocage des facs. Pendant plusieurs semaines, ils manifestent dans Paris et les face-à-face avec la police se multiplient. Au soir du 5 décembre 1986, différentes personnes vont croiser la route d’un jeune homme qui passait par hasard dans le Quartier latin : Malik Oussekine, 22 ans, un jeune homme sans histoire battu à mort par la police.
Dans ce récit en noir et blanc initialement paru en 2016, Jeanne Puchol et Laurent-Frédéric Bollée reviennent sur cette tragédie qui secoua la société française et posait, déjà, la question des violences policières.

Avec Laurent Galandon
Le Lombard, 2014

Vivre à en mourir conte le destin de Marcel Rayman, ce jeune juif polonais pacifiste, qui, face à l’abomination nazie, prendra les armes auprès de Missak Manoukian et d’autres résistants. Pendant deux éprouvantes années, durant lesquelles il verra sa famille déportée, Marcel Rayman fait l’apprentissage de la clandestinité, de la « guérilla urbaine », de la mort, de la peur… et de la trahison.
Son visage apparaîtra sur l’infamante Affiche Rouge, propagande de l’occupant destinée à discréditer les actions de la résistance parisienne.

En savoir plus