Marc Jailloux

— uniquement le 2 juillet à Vesunna —

Marc Jailloux est un dessinateur de bande dessinée français. Ancien étudiant de l’école du Louvre et des Gobelins, il commence sa carrière dans le dessin animé puis le jeux vidéo avant d’intégrer en 2005 l’atelier de Gilles Chaillet. L’ancien collaborateur de Jacques Martin le prend comme assistant pour le tome 4 de La Dernière Prophétie, puis le diptyque Vinci. Plus de vingt ans après la naissance du personnage, il redonne vie à Orion en janvier 2011 avec un quatrième épisode, Les Oracles. Le comité Martin décide alors de lui confier le personnage d’Alix. Il devient alors l’auteur des épisodes La Dernière ConquêteBritanniaPar-delà le StyxLe Serment du gladiateur et Les Helvètes. En 2019, il dessine le premier titre de la collection « Un pape dans l’Histoire » éditée chez Glénat. Réside à Paris.

Texte et photo © Éditions Glénat

Bibliographie sélective

Le Sang des Valois (Éditions Glénat, A PARAÎTRE) - avec Didier Decoin et Jérôme Clément

Depuis sa fameuse victoire à Marignan, François Ier n’a plus quitté ses rêves de conquête italienne. Le 24 février 1525, le roi de France est en Lombardie, aux portes de Pavie et il s’apprête à faire une erreur stratégique qui le mènera jusqu’aux prisons de Charles Quint. Il est relâché l’année suivante, mais cette libération se fait au prix d’un échange douloureux : ses deux fils sont envoyés en Espagne et y seront retenus jusqu’en 1530. Le jour de leur retour, le hasard les place sur la route d’un homme, Louis Tassin, qui les sauve in extremis d’une mort accidentelle. Cette rencontre bouleversera pour des générations le destin des Tassin et de la famille royale.

Ambitieuse saga de fiction historique, Le Sang des Valois suit, sur plusieurs générations, l’histoire de deux familles que tout semble opposer : les Tassin, des gens simples mais valeureux, et les Valois, issus de la dynastie des Capétiens. Un récit riche et érudit, vibrant de réalisme tenu par une intrigue faite de complots, d’alliances et de trahisons.

Alix (Casterman, 2013-2019)

Saint Pierre (Éditions Glénat, 2019) - avec Patrice Perna et Bernard Lecomte

Rome, 64 après Jésus Christ. Un incendie ravage la cité antique. Et tandis que les flammes se reflètent dans ses prunelles, Néron, l’empereur sanguinaire, sur les hauteurs de son palais, joue de la harpe. Si la légende tragique n’a jamais été véridiquement accréditée, on sait avec certitude en revanche qu’il utilisa ce drame pour lancer une véritable chasse aux Chrétiens. Des centaines d’entre eux sont arrêtés, torturés, massacrés. Parmi les suppliciés, le plus célèbre des apôtres du Christ. Celui qui deviendra le symbole de l’Eglise et que Jésus avait désigné comme le Roc sur lequel il la bâtirait : Pierre.

Cette histoire est celle de son agonie dans le cirque de Néron. Ces heures douloureuses qui précèdent sa mort et durant lesquelles il se remémore cette vie incroyable au côté de ce Messie qu’il a tant aimé malgré le doute qui le rongeait en permanence et l’a poussé à le renier par trois fois. Saint Pierre et Néron : deux figures à jamais associées dans le tumulte de ce premier siècle de l’ère chrétienne.

En savoir plus

Site Internet & Social