Chantal MONTELLIER

Chantal Montellier est née en 1947 près de Saint-Etienne, dans la Loire.

Après des études réussies aux Beaux-Arts de la ville, première école des Beaux Arts française à cette époque, elle devient professeur d’arts plastiques en lycées et collèges, tout en menant un travail de création personnelle.

En 1972, elle commence à publier des dessins de presse politique, d’abord dans Combat Syndicaliste, organe de la CNT, puis dans divers journaux, comme l’Humanité, Politis, l’Unité, la Nouvelle Critique… Elle est la première et sans doute la seule femme à avoir exercé, pendant une trentaine d’années,
ses talents sur ce terrain réservé aux seuls hommes.

Elle aborde la bande dessinée dans Charlie Mensuel (1974), Métal Hurlant et Ah ! Nana ou elle prépublie sa première série Andy gang (en 1978).

Chez les Humanoïdes Associés, elle signera plusieurs albums remarqués dont 1996 (1978), Wonder City(1983), L’Esclavage c’est la liberté (1984), Odile et les crocodiles (1984).

A partir de 1978, elle collabore à la revue (A Suivre) où elle se fera remarquer avec la série Julie Bristol publiée ensuite par Dargaud jusqu’en 1994.

Chez Futuropolis, elle édite Les Rêves du fou (1981), Le Sang de la Commune (1982), La Toilette (1983), Un Deuil blanc (1987).

Début 2000 elle revient à la bande dessinée après quelques années consacrées à l’écriture et à des ateliers de création avec des scolaires et des détenus. Elle publie un album très remarqué aux éditions Denoël : Les Damnés de Nanterre, renouant avec la bd politique. Cet album fut plusieurs fois nominés et primé. En 2006, c’est une compilation d’histoires courtes intitulée Sorcières, mes soeurs qui sort à la Boîte à bulles, suivi du stupéfiant Tchernobyl mon amour qui paraît,lui, chez Actes Sud, pour le vingtième anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl.

Une réédition de l’un de ses meilleurs albums, Odile et les crocodiles, sort en 2008 aux éditions Actes Sud-l’An II. Et enfin, c’est en avril de la même année que parait chez MetroMedia l’adaptation du Procès de Kafka, en collaboration avec David Mairowitz. Un album qui sera publié également par des éditeurs Américains,Tchèques,Espagnols,Hollandais,Français…

Chantal Montellier milite depuis plusieurs décennies avec talent, mais sans illusion, pour la cause des victimes d’un monde déshumanisé. Elle a intégré de nombreuses expériences graphique “modernistes” avant de parvenir à un esthétisme d’une profonde originalité.

Sa voix singulière est l’une des plus fortes parmi celles des femmes auteures du 9e art.

Œuvres publiées

La reconstitution (Actes Sud 2015)

 

Sous ce titre étonnant, Chantal Montellier livre sa vie sans détours. Un album avec texte et images, qui apportent autant d’éléments sur la carrière de l’auteure que sur le contexte des années 1960 et 1970. Le livre 2 évoquera une période démarrant en 1980.

[/su_spoiler]
L'insoumise (Actes Sud 2012 )

Récit biographique autour de la figure de Christine Brisset, surnommée « la madone des sans-logis », qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, à Angers, prit la tête d’un mouvement de squatters avant de fonder le mouvement des Castors. D’après le film documentaire consacré à Brisset par Marie-José Jaubert.

L'inscription (Actes Sud 2011 )

Entre Kafka et Lewis Carroll commence alors pour Caroline une longue quête pour son « inscription dans le réel ». Elle se déroule pour l’essentiel sous la férule et le contrôle d’un inscripteur au crâne chauve et à l’œil goguenard, qui est légèrement pervers.

Avec L’inscription, Chantal Montellier signe une nouvelle bande dessinée ambitieuse, tant du point de vue des couleurs, dont l’usage stylisé renforce le charme angoissant de l’oeuvre, que du point de vue graphique. Chaque planche est inventée et construite avec minutie, conférant une grande beauté à l’ensemble de l’oeuvre, et une force symbolique importante au dessin. Enfin, l’humour corrosif de l’auteur, et son écriture poétique, achèvent de faire de cette bande dessinée une des créations marquantes de cette rentrée littéraire. A découvrir absolument.

En savoir plus