Nicolas Pitz

Belgique

Nicolas Pitz est né à Bruxelles. Ancien élève de l’école Saint-Luc, en option BD, il participe aux recueils Phantasme et 13m28. Ces premières collaborations dans le milieu de la BD lui permettent de publier en tant que scénariste et dessinateur, la trilogie Luluabourg, inspirée de la vie de son grand-père. Il publie ensuite Les jardins du Congo en 2013 puis Montana 1948. En 2018 il se lance dans la bande dessinée jeunesse en adaptant le roman de Malika Ferdjoukh, La Bobine d’Alfred chez Rue de Sèvres et réalise les illustrations du roman de Llanos Campos, Le trésor de Barracuda à l’école des loisirs. Nicolas Pitz vit et travaille actuellement à Bruxelles.

Texte et photo © Rue de Sèvres

Bibliographie

Sombres Citrouilles (Éditions Rue de Sèvres, 2019) - avec Malika Ferdioukh

Aujourd’hui, 31 octobre, trois générations de Coudrier sont réunies à la Collinière, la grande demeure familiale entourée de forêts et d’étangs, pour fêter, comme chaque année, l’anniversaire de Papigrand, le patriarche. Comme c’est aussi Halloween, Mamigrand a envoyé les petits chercher des citrouilles au potager pour les voisins américains. Mais dans le carré de cucurbitacées encore enveloppé des brumes de l’aube, il y a comme un pépin. Un homme étendu de tout son long, plein de taches rouges, silencieux. Mort. À première vue, personne ne le connaît. L’affaire pourrait donc n’être pas si grave que ça. Le problème, c’est que dans la famille, il y a au moins trois mobiles criminels possibles. Donc trois assassins potentiels. Sans compter tous les secrets qu’on n’a pas encore découverts…

La Bobine d'Alfred (Éditions Rue de Sèvres, 2018) - avec Malika Ferdioukh

Harry Bonnet, 16 ans, fils d’un cuistot montmartrois, est fou de cinéma. Comment s’est-il retrouvé à Hollywood ? C’est simple. Il lui aura suffi d’une gifle, d’une caille rôtie et d’une assiette de pommes de terre pour traverser l’Atlantique et atterrir sur la colline mythique. L’Amérique ! Des stars à tous les coins de rue ! Une nuit, il s’introduit en catimini sur le plateau n° 17, remplace au pied levé un second rôle souffrant et… tombe nez à nez avec Alfred Hitchcock. Le metteur en scène le plus célèbre du monde commence le tournage d’une pièce de J. M. Barrie, Marie Rose. C’est un secret absolu. Le film porte un faux titre et Hitchcock lui-même a pris un nom de code. Mais pourquoi diable Harry a-t-il voulu voir les premières minutes du film fantôme ? Pourquoi a-t-il désobéi au maître du suspense ?

Montana 1948 (Sarbacane, 2017)

« De l’été de mes douze ans, je garde les images les plus saisissantes et les plus tenaces de toute mon enfance, que le temps passant n’a pu chasser ni même estomper.» Ainsi s’ouvre le récit du jeune David Hayden. Cet été 1948, une jeune femme sioux porte de lourdes accusations à l’encontre de l’oncle du garçon, charismatique héros de la Seconde Guerre mondiale et médecin respecté. Déchiré, le père de David, shérif de cette petite ville du Montana, doit alors affronter son frère aîné. David assistera, impuissant, au conflit entre les deux frères et découvrira la difficulté d’avoir à choisir entre la loyauté à sa famille et la justice.
Montana 1948 raconte la perte des illusions de l’enfance et la découverte du monde adulte.

Les Jardins du Congo (La Boîte à Bulles, 2013)

Luluabourg (Manolosanctis, 2010-)

En savoir plus

Site internet et blog